Machine à blues supersonique – Metal Planet Music

Revue par Monty Sewell pour MPM

Il n’y a pas eu un moment où la collecte d’icônes n’était pas intéressante. L’excitation et le scepticisme sont généralement rencontrés à parts égales, ce qui est particulièrement courant dans l’industrie de la musique, où la fidélité au line-up est délicate et les opinions dures.

Mais avec des gens comme Warren Haynes, Eric Gales, Lance Lopez, Robben Ford, Walter Trout, Billy F Gibbons et Chris Duarte, pour n’en nommer que quelques-uns, il était difficile d’imaginer une pièce où tout ce qui était produit était moins que pointu.

Je parle bien sûr de Supersonic Blues Machine, la tournée blues rock qui déferle actuellement sur toutes les vagues du monde. Avec les membres originaux du batteur Kenny Aronoff, le bassiste Fabrizio Grossi et le guitariste/chanteur Lance Lopez, ils ont demandé l’aide des musiciens susmentionnés sur leur premier disque.

Il a été bien accueilli et leur a donné la place qui leur revenait dans les échelons supérieurs des formations de groupes respectés. Mais maintenant que Lopez est parti et que Kris Barras de The Kris Barras prend la relève en tant que leader du trio, le nouvel album “Voodoo Nation” marque le début d’une nouvelle ère pour le groupe. (Bien que Barras soit apparu sur leur précédent album Road Chronicles : Live !, il s’agit de leur premier album studio ensemble).

Sorti sur Mascot Label Group/Provogue, Supersonic Blues Machine avait promis que Voodoo Nation serait plus grand et meilleur que ses prédécesseurs.

En l’absence de mauvais projets antérieurs entre eux et l’étoile toujours montante de Barras, je parle au nom de beaucoup quand je dis que nous attendions vraiment avec impatience ce que ce disque apporterait.

Les trois premiers morceaux du disque sont de la pure douceur de Supersonic Blues Machine. Avant que le groupe ne fasse venir ses collaborateurs, ils semblent avoir utilisé ces ouvertures “Money”, “Too Late” et “Coming Thru” pour introduire l’ajout de Barra au groupe à la guitare et au chant.

Juste là, avec le solo palpitant de “Money”, j’ai immédiatement eu (sans surprise) confiance que cette balade allait être sacrément bonne. Il y a une énergie implacable dans la voix de Barras, et même si nous savions déjà que son talent était infusé, c’est édifiant de l’entendre dans ce paysage musical légèrement différent.

Le bluesman né à Harlem, King Solomon Hicks, rejoint les gars en tant que premier artiste collaboratif sur “You And Me”. C’est un morceau de blues arrangé de manière classique qui donne beaucoup au statut admiré de Hicks dans l’industrie et encore plus à la production immaculée de l’album (une caractéristique très récurrente tout au long).

Produit avec Josh Smith, « Get It Done » a une ambiance assez années 60, utilisant des overdubs au clavier et des chœurs phonétiques, avant que « 8 Ball Lucy » ne nous offre une finition solo allongée, semblable à un jam, avec le guitariste Sonny Landreth.

Le nouveau rythme plus soutenu se poursuit sur “Devil At The Doorstep” qui est aussi puissant qu’émouvant. Ici, Eric Gales assiste, ainsi que l’élévation vocale pour le chœur et un travail de pédale intéressant sur les guitares.

Je tiens à réitérer la production fantastique qui travaille ici. “Is It All” s’ouvre sur un rythme de batterie programmé qui a une sensation pop presque contemporaine. Mais sous les nouilles de guitare déformées et la voix de Barras / Joe Louis Walker, cela fonctionne dans le genre prévu avec un simple groove.

“Do It Again” est absolument magnifique; un point culminant absolu du disque qui est à la fois extrêmement amusant et bien conçu. Ana Popovic offre son niveau de jeu élevé habituel. “I Will Let Go” avec Kirk Fletcher est un été facile à vivre qui entre dans le chœur en chantant un morceau de musique prestigieux.

La chanson titre “Voodoo Nation” est bien méritée et écrite de manière ambitieuse avec des résultats revitalisants, tandis que la dernière chanson “All Our Love” avec Charlie Starr fonctionne avec sa sensibilité occidentale. La finition harmonica est la cerise sur le gâteau d’un album aux sources fantastiques.

“Voodoo Nation” se présente comme la preuve en studio que la Supersonic Blues Machine est là pour rester tant qu’elle grandira et développera son son actuel. Nous savions tous que Kris Barras était un bon choix pour diriger le groupe, mais le voir et enfin l’entendre en action prouve définitivement le point.

Utilisant constamment des musiciens extérieurs pour écrire à leurs côtés, ils ne se laissent jamais épuiser ou lier à un seul genre musical. Aronoff, Grossi et Barras forment une excellente combinaison qui prendra bientôt ces principales factures d’arène avec facilité.

Un vieux corbillard abandonné assis dans un champ – mobile

Liste des pistes :

  1. Argent
  2. Trop tard
  3. En passant
  4. Toi et moi (feat. King Solomon Hicks)
  5. Get It Done (feat. Josh Smith)
  6. 8 Ball Lucy (avec Sonny Landreth)
  7. Devil At The Doorstep (feat. Eric Gales)
  8. Est-ce tout (feat. Joe Louis Walker)
  9. Do It Again (feat. Ana Popovic)
  10. Je lâche prise (feat. Kirk Fletcher)
  11. Nation vaudou
  12. Tout notre amour (feat. Charlie Starr)

Téléchargez, précommandez l’album sur https://lnk.to/SSBM

Leave a Comment