Les experts disent que les partenariats sont susceptibles d’être un facteur clé dans l’allocation nationale du BEAD: petit-déjeuner à large bande

KEYSTONE, Colorado, 7 juin 2022 – Les membres du panel de la conférence Mountain Connect 2022 ont mis en garde contre l’imposition de conditions trop lourdes aux bénéficiaires potentiels de milliards de dollars de financement fédéral pour les infrastructures, arguant que certaines dispositions nécessiteraient des discussions plus approfondies ou des modifications possibles ou autrement entraveraient les applications.

Les observateurs de l’industrie présents à la conférence, qui ont examiné l’annonce de 42,5 milliards de dollars d’opportunités de financement pour le programme de 42,5 milliards de dollars sur le haut débit, l’équité, l’accès et le déploiement, publié par l’Agence nationale des télécommunications et de l’information, ont déclaré que l’argent du programme contenait trop de chaînes. y compris l’impact de la réglementation environnementale, fiscale et des taux d’imposition pour le rendre pleinement viable pour les fournisseurs de services.

Steven Coran, responsable du groupe de pratique Broadband, Spectrum, Utilities and Communication Infrastructure chez Lerman Senter, a déclaré que les candidats BEAD doivent tenir compte des implications fiscales du programme ainsi que de la structure de rémunération du programme. En outre, Coran a déclaré que les dispositions relatives à la résilience de la planète, y compris la recherche environnementale, sont des coûts supplémentaires que les bénéficiaires devraient prendre en compte.

Les candidats BEAD doivent avoir une compréhension similaire des normes de travail requises par le NOFO, annexe Valérie WimerVice-président du développement commercial, une société de conseil en télécommunications, JSI, car ces dispositions augmentent également les coûts, en particulier dans le marché du travail actuel.

“Je ne pense pas qu’il soit trop dans l’intérêt public d’imposer des conditions trop lourdes aux bénéficiaires, et les États et la NTIA devraient vraiment en tenir compte”, a-t-il déclaré. Ross LiebermannVice-président principal des affaires gouvernementales, ACA Connects.

“Premièrement, cela peut vous décourager de participer au programme, vous avez donc un programme de soutien moins compétitif. Deuxièmement, les fournisseurs de services tiennent compte de ces coûts et, par conséquent, ils demandent plus d’argent, ce qui se traduit par moins d’argent pour atteindre les non- service et les personnes mal desservies, où ils sont susceptibles de faire défaut après coup parce qu’ils ne pouvaient pas correctement prévoir ce que ces conditions pourraient signifier pour le réseau dans 20 ans.

Julie DarringtonLe vice-président du conseil chez Vantage Point Solutions a ajouté : « Si vous commencez à stratifier tous les différents coûts, cela aura un impact significatif.

“Si vous pensez à l’exigence de conformité, au revenu imposable, ajoutez le coût de la lettre de crédit, le salaire en vigueur … Lorsque vous commencez à regarder toutes ces pièces et pièces, cela affecte vraiment la situation financière”, a-t-il déclaré. “En termes de faisabilité financière, je crains que la rentabilité et la pérennité de l’entreprise [BEAD funded] les réseaux sont souvent lourds, en particulier dans les zones rurales.

Des inquiétudes ont été exprimées quant à la réglementation des tarifs du haut débit

Les dispositions du BEAD NOFO exigent l’ajout du haut débit à faible coût. Certains groupes industriels craignent que cela ne conduise à une réglementation des tarifs du haut débit.

Cependant, Lieberman a déclaré que la NTIA n’avait pas encore déterminé comment les États devraient classer ou évaluer les candidats en fonction de leurs exigences.

“Je n’ai vu aucun programme de déploiement avec ce niveau de réglementation”, a déclaré Lieberman à un auditoire composé en grande partie de dirigeants de gouvernements locaux et de fournisseurs de services. “C’est un domaine qui n’est pas encore défini avec autant de précision dans les règles, et nous observons donc comment la NTIA et les États le gèrent.”

Lieberman a fait valoir que les candidats BEAD doivent tenir compte des revenus qu’ils peuvent tirer de leurs réseaux proposés afin de déterminer ce qu’ils soumissionnent afin de maintenir le réseau pendant la durée du programme. Les candidats BEAD doivent d’abord tenir compte du coût de déploiement du réseau, mais doivent ensuite tenir compte des coûts supplémentaires nécessaires pour répondre aux exigences de soutien.

Il y a des discussions dans BEAD NOFO sur le potentiel de plusieurs cycles de financement public. Les panélistes ont expliqué que les règles peuvent être assouplies pendant le processus d’attribution des subventions, mais ce changement ne peut pas être prévu dans au moins deux à trois ans.

Leave a Comment