Une exoplanète “Super Terre” quatre fois plus grande que notre planète a été découverte.

Explorez Ross 508b : les scientifiques découvrent la “SUPER TERRE” d’une exoplanète quatre fois plus grande que notre planète, en orbite autour d’une étoile à 36,5 années-lumière

  • Une nouvelle “super Terre” a été observée, qui est quatre fois plus grande que notre planète
  • Une exoplanète appelée Ross 508b orbite autour d’une étoile à 36,5 années-lumière
  • Des recherches antérieures suggèrent que le monde est susceptible d’être rocheux plutôt que gazeux
  • Les “superpuissances” sont plus massives que la Terre, mais ne dépassent pas la masse de Neptune

La nouvelle “super Terre”, quatre fois plus grande que notre planète, a été repérée en orbite autour d’une étoile à seulement 36,5 années-lumière.

Une exoplanète appelée Ross 508b a été découverte dans la zone dite habitable d’une naine rouge faible, où elle orbite tous les 10,75 jours.

Elle est beaucoup plus rapide que l’orbite terrestre de 365 jours, mais l’étoile autour de laquelle tourne Ross 508b est beaucoup plus petite et plus faible que notre soleil.

Bien qu’il se trouve dans cette zone de “laine dorée” – où il ne fait ni trop chaud ni trop froid pour l’eau liquide – les experts estiment qu’il est peu probable qu’elle soit viable, telle que nous la connaissons.

Cependant, sur la base des données connues sur les limitations de masse planétaire, le monde nouvellement découvert est probablement terrestre ou rocheux, comme la Terre, et non gazeux.

La nouvelle “super Terre”, quatre fois plus grande que notre planète, a été repérée en orbite autour d’une étoile à seulement 36,5 années-lumière. L’exoplanète Ross 508b a été découverte dans la zone habitable d’une naine rouge faible. La photo montre l’impression d’artiste de superMastra, qui tourne autour d’une naine rouge

Le Ross 508b a été repéré par une équipe internationale d’astronomes utilisant l’Observatoire astronomique national du télescope japonais Subaru à Hawaï.

Ceci est décrit dans un article dirigé par Hiroki Harakawa, un astronome du télescope Subaru, et est la première exoplanète de la campagne.

Ross 508b tourne autour d’une étoile naine M proche connue sous le nom de Ross 508, d’où son nom.

Les “superpuissances” sont des planètes plus massives que la nôtre, mais qui ne dépassent pas la masse de Neptune.

Bien que le terme se réfère uniquement à la masse de la planète, les experts l’utilisent également pour décrire des planètes plus grandes que la Terre mais plus petites que ce qu’on appelle la mini-Neptune.

“Nous avons montré que la naine M4.5 Ross 508 a une périodicité RV significative de 10,75 jours et des alias possibles de 1 099 et 0,913 jours”, ont déclaré les chercheurs.

“Cette périodicité n’a pas de correspondance avec la photométrie ou l’activité stellaire, mais elle est bien adaptée à l’orbite de Kepler en raison de la nouvelle planète Ross 508b.”

Ross 508, qui représente 18 % de la masse de notre soleil, est l’une des étoiles les plus petites et les plus faibles autour desquelles tourne le monde, détectée par sa vitesse radiale.

La principale technique pour trouver des exoplanètes est la méthode de transit utilisée par le télescope de chasse aux exoplanètes TESS de la NASA, ainsi que Kepler avant cela.

Le Ross 508b a été repéré par une équipe internationale d'astronomes utilisant l'Observatoire astronomique national du télescope japonais Subaru à Hawaï.  Ils l'ont trouvé avec une technique de vitesse radiale connue

Le Ross 508b a été repéré par une équipe internationale d’astronomes utilisant l’Observatoire astronomique national du télescope japonais Subaru à Hawaï. Ils l’ont trouvé avec une technique de vitesse radiale connue

Il s’agit d’un instrument fixant les étoiles, recherchant des baisses régulières de leur lumière causées par un objet en orbite autour de la Terre et de l’étoile.

Les astronomes utilisent alors la profondeur de transit pour calculer la masse de l’objet, plus la courbe de lumière est grande, plus la planète est grande.

Au total, 3858 exoplanètes ont été confirmées par cette méthode.

Cependant, la deuxième méthode est la méthode de la vitesse radiale, également connue sous le nom de méthode d’oscillation ou Doppler.

Il peut détecter les oscillations d’une étoile causées par l’attraction gravitationnelle d’une planète en orbite.

Toutes les vibrations affectent également la lumière provenant de l’étoile. Lorsqu’il se dirige vers la terre, sa lumière semble se déplacer vers la partie bleue du spectre et lorsqu’il s’éloigne vers le rouge.

La nouvelle découverte suggère que de futures études sur la vitesse radiale de la longueur d’onde infrarouge pourraient détecter un grand nombre d’exoplanètes en orbite autour d’étoiles sombres.

“Notre découverte montre qu’une recherche de RV dans le proche infrarouge pourrait jouer un rôle important dans la recherche d’une planète de faible masse autour de naines M froides comme Ross 508”, ont écrit les chercheurs dans leur article.

L’étude est publiée dans les publications de la Société japonaise d’astronomie et est disponible sur arXiv.

Les scientifiques étudient l’atmosphère d’exoplanètes lointaines à l’aide d’énormes satellites spatiaux comme Hubble

Les étoiles lointaines et les planètes qui les orbitent ont souvent des conditions différentes de celles que nous voyons dans notre atmosphère.

Pour comprendre ces nouveaux mondes et de quoi ils sont faits, les scientifiques doivent être capables d’identifier de quoi est faite leur atmosphère.

Ils le font souvent avec un télescope similaire au télescope Hubble de la NASA.

Ces énormes satellites scannent le ciel et se fixent sur des exoplanètes qui, selon la NASA, pourraient être intéressantes.

Ici, les capteurs embarqués effectuent diverses formes d’analyse.

L’une des plus importantes et des plus utiles est la spectroscopie d’absorption.

Cette forme d’analyse mesure la lumière émise par l’atmosphère de la planète.

Chaque gaz absorbe la lumière d’une longueur d’onde légèrement différente, et lorsque cela se produit, une ligne noire apparaît dans le spectre complet.

Ces lignes correspondent à une molécule bien précise qui indique sa présence sur la planète.

Ils sont souvent appelés la ligne Fraunhofer par l’astronome et physicien allemand qui les a découverts pour la première fois en 1814.

En combinant toutes les différentes longueurs d’onde de la lumière, les scientifiques peuvent identifier tous les produits chimiques qui composent l’atmosphère de la planète.

L’essentiel est que ce qui manque donne des indices pour savoir ce qu’il y a.

Il est extrêmement important que les télescopes spatiaux le fassent, car l’atmosphère terrestre interférerait.

L’absorption de produits chimiques dans notre atmosphère déformerait l’échantillon, il est donc important d’étudier la lumière avant qu’elle n’atteigne la Terre.

Il est souvent utilisé pour rechercher de l’hélium, du sodium et même de l’oxygène dans une atmosphère étrangère.

Ce diagramme montre comment la lumière traversant une étoile et une atmosphère d'exoplanète produit des lignes de Fraunhofer qui indiquent la présence de composés clés tels que le sodium ou l'hélium.

Ce diagramme montre comment la lumière traversant une étoile et une atmosphère exoplanaire produit des lignes de Fraunhofer qui indiquent la présence de composés clés tels que le sodium ou l’hélium.

Publicité

Leave a Comment