La Californie annonce la première stratégie transnationale sur les microplastiques Pillsbury Winthrop Shaw Pittman LLP

Les microplastiques, de petits morceaux de plastique de moins de cinq millimètres (0,2 pouce) de diamètre, sont devenus une préoccupation publique majeure à la lumière de recherches récentes montrant qu’ils sont des polluants répandus dans divers environnements environnementaux. En particulier, des microplastiques ont été identifiés dans le milieu marin, où les plastiques représentent au moins 85 % de la pollution anthropique. De plus, les microplastiques sont persistants et bioaccumulables, ce qui les rend détectables dans les tissus humains, végétaux et animaux. Bien que certaines lois fédérales, étatiques et locales applicables soient suffisamment larges pour réglementer les microplastiques dans une certaine mesure, la stratégie de l’État de Californie est la première tentative d’établir un cadre complet pour le traitement ciblé de ces matériaux.

Stratégie de l’État de Californie sur les microplastiques

Les débuts de la stratégie nationale remontent à 2018, lorsque la législature de l’État de Californie a adopté le SB 1263. Le projet de loi obligeait la CAOPC à adopter et à mettre en œuvre un plan complet pour atténuer la contamination par les microplastiques. En élaborant une stratégie nationale dans le cadre de ce vaste mandat législatif, la CAOPC a consulté 13 autres organismes gouvernementaux et le Comité directeur interorganismes sur la pollution plastique, ainsi que trois universités (dont une au Canada). La CAOPC a publié le projet de stratégie nationale pour consultation publique en décembre 2021 et a adopté la version finale en février 2022.

La stratégie nationale prévoit un plan d’action pluriannuel à deux volets pour contrôler la pollution microplastique dans la partie la plus importante. La première piste, “Solutions”, recommande 22 actions à court terme pour réduire et contrôler la contamination par les microplastiques. D’une manière générale, ces activités comprennent des efforts pour éliminer les déchets de microplastiques à la source, pour atténuer les mécanismes par lesquels les microplastiques sont rejetés dans l’environnement et pour modifier le comportement du public concernant les risques environnementaux des microplastiques. Celles-ci sont résumées ci-dessous :

Mesures recommandées pour l’élimination des déchets microplastiques à la source

Au 31 décembre 2022 :

  • Exiger que la nourriture et les épices jetables soient fournies uniquement sur demande.
  • Réduire la dépendance du pays vis-à-vis des aliments à usage unique et encourager les achats publics et les contrats de service à exiger l’utilisation d’aliments réutilisables dans la mesure du possible.
  • Interdire la vente et la distribution de certains produits du tabac jetables, notamment les filtres à cigarettes et les cigarettes électroniques.
  • Identifier les stratégies de responsabilité élargie des producteurs (REP) pour les emballages en plastique et les produits alimentaires.

Avant le 31 décembre 2023

  • Établir des objectifs nationaux complets pour la réduction, la récupération et la conformité des sources de plastique.
  • Interdire le polystyrène expansé dans les aliments et les emballages.
  • Étendre l’interdiction des microbilles californiennes pour couvrir une plus large gamme de produits de consommation.
  • Organiser des équipes d’experts industriels et scientifiques pour trouver des produits alternatifs pour des industries cibles spécifiques, telles que les pneus de véhicules, le textile ou l’alimentation.

Avant le 31 décembre 2024

  • Annoncez ou exigez que les machines à laver soient équipées de filtres à micron élevé pour réduire les déchets microplastiques des vêtements.

Mesures recommandées pour atténuer les mécanismes de libération des microplastiques

Avant le 31 décembre 2022

  • Privilégier les projets de modernisation de développement à faible impact (LID) pour les développements existants susceptibles de provoquer une contamination microplastique.
  • La préférence est donnée au respect de l’interdiction de rejet de granulés plastiques (fourrures) et des mesures d’application conformes à la réglementation sur les poubelles et à la charge journalière maximale de déchets locaux.
  • Préférez placer les poubelles dans les “points chauds d’ordures”, tels que les zones de loisirs très fréquentées, les plages et les campings.
  • Promouvoir le recyclage des eaux usées traitées tertiaires, en s’appuyant sur les recherches existantes sur l’efficacité des usines de traitement des eaux usées pour éliminer les microplastiques.

Avant le 31 décembre 2023

  • Évaluer l’efficacité du LID pour atténuer la contamination microplastique et identifier les domaines où la mise en œuvre du LID est nécessaire.
  • Envisagez de définir des exigences pour l’inclusion de LID dans les projets neufs et de rénovation afin d’atténuer la contamination par les microplastiques.
  • Sur la base des résultats des recherches en cours du projet de recherche sur les eaux côtières du sud de la Californie, développer des stratégies supplémentaires de réduction des microplastiques pour le traitement des eaux usées.

Avant le 31 décembre 2030

  • Mettre en œuvre et faire respecter la réglementation nationale sur les poubelles.

Mesures recommandées pour changer le comportement du public

Avant le 31 décembre 2022

  • Travailler avec les tribus amérindiennes de Californie pour initier des contacts, une surveillance et des efforts immédiats pour réduire la pollution par les plastiques et les microplastes.
  • Impliquer les communautés desservies dans la région pour garantir leur implication dans le processus de prise de décision.

Avant le 31 décembre 2023

  • Développer une campagne de sensibilisation du public sur les microplastiques pour faciliter le changement de comportement.

Avant le 31 décembre 2024

  • Promouvoir les programmes d’éducation sur les microplastiques auprès des élèves de la maternelle à la 12e année.
  • Participer à l’information de l’industrie dans les secteurs ciblés pour promouvoir des stratégies de prévention de la pollution par les microplastiques.

La deuxième histoire, Science for the Future, cherche à créer un programme de recherche complet axé sur les microplastiques. En particulier, ce travail comprendra le développement de méthodologies adaptées pour surveiller la contamination par les microplastiques et la conduite d’études toxicologiques pour faciliter l’établissement de seuils de risque basés sur l’exposition pour différents types de microplastiques. Le programme de surveillance devrait permettre à la Californie de mieux évaluer la nature et l’étendue de la pollution par les microplastes de l’État, d’identifier des sources et des voies de pollution plus précises et de surveiller les changements dans les niveaux de pollution pour déterminer l’efficacité des futures mesures réglementaires. En attendant, la définition de seuils de risque permettra à la Californie d’identifier les communautés et les habitats les plus touchés par la pollution microplastique. Ces informations, à leur tour, aident les régulateurs californiens à hiérarchiser les solutions de gestion.

Horizon réglementaire

La stratégie nationale semble être la pointe de l’iceberg pour les futures initiatives étatiques et fédérales de lutte contre la contamination par les microplastiques. Pour la Californie, SB 1263 exige que la CAOPC soumette des recommandations politiques supplémentaires à la législature de l’État d’ici décembre 2025. Plusieurs autres États ont déjà promulgué des lois ou des réglementations qui restreignent ou entravent l’utilisation de produits en plastique (tels que la paille et les sacs), et ces efforts sont importants pour atténuer la contamination par les microplastiques. Il est probable que certains États chercheront à développer des stratégies globales sur le modèle de la Californie, surtout si la stratégie de l’État s’avère fructueuse.

Au niveau fédéral, le Congrès a récemment adopté plusieurs lois visant à lutter contre l’administration du plastique. Les deux projets de loi actuellement en instance contiennent des dispositions sur les microplastiques – Loi sur la recherche sur la réduction et le recyclage des déchets plastiques (HR 2821) et la Loi sur l’élimination de la pollution plastique de 2021 (S.984 / HR 2238). Ce dernier compte actuellement 127 coparrains au Parlement et 14 au Sénat et, s’il est adopté, modifierait la loi sur l’élimination des déchets solides pour introduire des restrictions qui réduiraient de manière fonctionnelle la production et l’utilisation de certains produits et emballages en plastique jetables. et accroître la responsabilité des producteurs pour la collecte, la réutilisation, le recyclage et l’élimination des biens de consommation et des emballages.

En outre, des initiatives encore plus globales pourraient se profiler à l’horizon. En décembre 2021, les académies nationales des sciences, de la technologie et de la médecine ont publié un rapport au Congrès sur le rôle des États-Unis dans les déchets plastiques des océans du monde. Semblable à la stratégie de l’État de Californie, ce rapport fait des recommandations au Congrès pour une réduction significative de la pollution microplastique et la mise en place d’un système de surveillance coordonné, et propose une stratégie nationale pour mettre en œuvre des stratégies d’atténuation d’ici la fin de 2022.

Au niveau international, les représentants de 175 pays ont convenu le 2 mars 2022, dans le cadre du plus important accord environnemental depuis les accords de Paris sur le climat, d’élaborer un accord multilatéral contraignant sur le cycle de vie au cours des deux prochaines années. plastiques, y compris les microplastiques. Si les États-Unis devaient conclure l’accord, d’autres mesures législatives fédérales et étatiques suivraient certainement.

Passez

Il n’est pas trop tôt pour que les entreprises prennent des mesures préventives pour comprendre leurs liens avec la production et la pollution des microplastiques. Ces mesures peuvent inclure des évaluations internes des activités commerciales, des chaînes d’approvisionnement et des contrats commerciaux. Les entreprises qui savent ou soupçonnent qu’elles ont des liens importants peuvent envisager des mesures supplémentaires, telles que la participation aux futurs processus d’élaboration de règles aux niveaux étatique et fédéral, ou même planifier des moyens d’éliminer progressivement l’utilisation des microplastiques.

Leave a Comment